Investir en Suisse est une option de diversification très intéressante pour votre patrimoine. Il existe deux raisons principales à cela. La première est liée au pays et à sa monnaie. La stabilité de ce pays et sa devise (CHF) considérée comme une valeur refuge. Investir en Suisse est donc une alternative pour diversifier et exposer votre patrimoine à une monnaie forte. La deuxième raison est que le marché des actions suisses est représenté par de nombreuses sociétés au rayonnement international (Nestlé, Roche, Novartis…) mais aussi par des sociétés à fort potentiel et leader sur leur secteur d’activité avec une expertise et une qualité reconnues mondialement. En 2021, la Suisse est pour la 11ème année consécutive le pays le plus innovant du monde selon l’ONU.  

Au travers de cet article, nous allons vous présenter une méthodologie pour la construction de votre portefeuille optimisé dans les meilleures actions suisses. Nous avons choisi comme univers de départ les 100 premières capitalisations du marché helvète.

Il s’agit de la seconde partie de notre analyse pour investir dans les actions suisses. Nous vous recommandons si vous ne l’avez pas déjà fait, de lire ce préambule très important, notamment pour les questions de fiscalité des dividendes suisses. Les données utilisées proviennent de différentes sources notamment Bloomberg ainsi que des sites officiels des sociétés.

Cet article s’adresse aussi bien aux investisseurs domiciliés en Suisses qu’aux investisseurs étrangers. La différence principale est surtout liée à la différence de traitement fiscal sur les dividendes (retenue à la source de 35%). Nous ferons cependant une analyse générique dans le cas d’un investisseur non résident fiscal Suisse.

Pourquoi faut-il être prudent avant d’investir dans des ETF ou fonds investis en Suisse?

La volonté de MyAlternativeInvestor est de fournir des conseils d’investissements professionnels en toute indépendance afin de permettre un alignement permanent des intérêts avec ceux de nos clients. Nous ne sommes donc pas là pour vendre des produits ou des fonds mais du conseil à haute valeur ajoutée pour votre patrimoine. 

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous ne conseillons généralement pas les fonds ou les ETF pour le marché suisse. Il peut cependant y avoir des exceptions. L’avantage principal d’un fond actions Suisses est sa fonction capitalisante (pour les dividendes notamment). Ceci est très avantageux fiscalement dans une stratégie passive de long terme.

A noter que si nous trouvons des fonds investis dans les actions Suisses intégrant les problématiques énoncées ci-dessous avec une gestion professionnelle, nous les recommanderons avec plaisir. 

Une fiscalité “synthétique” des dividendes suisses défavorable pour les institutionnels

Ce paragraphe est un peu plus technique mais important à bien comprendre. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser dans les commentaires sous l’article. 

Si vous avez lu notre premier article sur l’investissement en Suisse, vous avez pu vous rendre compte des problématiques fiscales liées aux dividendes et à la récupération de la retenue à la source.

En tant qu’ancien trader professionnel (certifications SWX et Virt-x) en banque d’investissement sur le marché suisse, je peux vous confirmer que la procédure de récupération du crédit d’impôt est paradoxalement plus simple pour un investisseur particulier que pour un établissement financier ou pour une banque. 

La notion de fiscalité synthétique du marché Suisse

Un indicateur de cette problématique fiscale est le niveau de fiscalité synthétique que vous pouvez extraire des produits dérivés “delta one” sur le marché suisse (options, futures et TRS). C’est une information qui n’est pas facilement accessible aux investisseurs particuliers mais ce taux de fiscalité synthétique “all-in” sur la Suisse est proche de 35%. Ce qui signifie qu’il y a très peu d’optimisation fiscale sur les dividendes pour les institutionnels. A titre d’exemple, le dividende Novartis s’échangeait à 67% de niveau all-in sur le marché interbancaire en 2021. C’est-à-dire un niveau de fiscalité synthétique de 32% soit très proche du niveau de retenue à la source de 35%. 

Pour résumer, tous les fonds ou ETF à réplication synthétique de sous-jacents suisses imposeront à l’investisseur final une fiscalité confiscatoire sur les dividendes. Pour ce qui est des fonds à réplication physique, la conclusion est la même. En effet, rétrocéder aux investisseurs plus de 65% des dividendes ordinaires les expose à des sanctions fiscales. Cela ne serait possible que pour des investisseurs fiscalement domiciliés en Suisse. Ces problématiques sont regardées de très près par les autorités fiscales.

C’est une bonne nouvelle ! Pour une fois que les investisseurs particuliers ont un avantage sur les institutionnels, il ne faut pas s’en priver. C’est pour cela qu’il peut être intéressant de privilégiez l’achat d’actions suisses en direct.

Les exceptions à ce qui vient d’être énoncé peuvent venir de certains fonds gérés par des professionnels expérimentés dont les dividendes seront réinvestis. Un accompagnement de récupération de la retenue à la source sur les dividendes réinvestis doit être proposé si cela est possible. C’est une option à considérer uniquement pour les CTO (Compte Titres Ordinaire).

Une concentration forte des indices boursiers Suisses (SMI)

La capitalisation boursière de l’indice suisse de référence (le SMI) est fortement concentrée dans les trois actions que sont Nestlé, Roche et Novartis. Dit autrement, si vous achetez tout simplement dans les mêmes proportions ces 3 actions, la performance de votre portefeuille sera relativement proche de celle de l’indice phare de la bourse suisse : le SMI. 

Comme nous l’avions développé dans de précédents articles très complets sur les ETF, la fonction d’utilité d’un ETF ou d’un fond est logarithmiquement proportionnelle au nombre d’actions dans l’indice de référence sous-jacent. 

Avec près de 50% de la capitalisation boursière suisse concentrée dans 3 actions vous comprendrez facilement qu’un ETF sur le SMI présente peu d’intérêt.

Des frais de gestion qui peuvent dégrader fortement la performance sur le long terme

Investir dans les actions est une stratégie de long terme. A ce titre, tous les coûts doivent être regardés attentivement et supprimés si cela est possible. Si vous n’êtes pas convaincu, posez-vous la question suivante : 

Si le coût de détention de mes actions suisses au travers d’un fond ou d’un ETF est de 2% annuel par rapport à une détention en direct. Quel impact cela représente-t-il sur mon patrimoine au bout de 20 ans?

Nous avions abordé cette question dans un article dédié que vous pouvez consulter pour répondre à cette question et qui je pense saura vous convaincre.

Dans le cas de certains fonds gérés par des professionnels compétents, les frais de gestion peuvent être tout à fait justifiés. Cela doit se traduire par une surperformance historique par rapport à l’indice de référence. La comparaison doit être réalisée avec une normalisation des risques pour être pertinente.

Voici les critères à retenir si vous souhaitez investir sur le marché Suisse au travers d’un fond:

  • Fond capitalisant (dividendes réinvestis)
  • Surperformance régulière du fond (net de frais) par rapport à l’indice de référence (SMI avec 100% des dividendes réinvestis)
  • Possibilité et accompagnement pour la récupération de la retenue à la source des dividendes du fond
  • Frais d’exécution (achat / vente) et spread bid / ask pour le rachats partiels
  • Analyse du ratio de Sharpe, beta du fond

L’alternative aux fonds et ETF pour s’exposer au marché Suisse, sera d’investir en direct dans les sociétés. La deuxième partie de cet article vous propose une méthodologie de construction d’un tel portefeuille sur-mesure selon vos critères de risque.

Investir dans les actions suisses – Construction du portefeuille

Nous allons maintenant aborder la construction du portefeuille en actions suisses. Plus précisément de 2 portefeuilles.

  • Un portefeuille “proxy” CHF à faible volatilité. L’objectif de ce portefeuille actions est d’être une alternative pour ceux qui souhaitent avoir une exposition avec une forte corrélation au franc suisse tout en ayant une volatilité et un risque les plus faibles possible. L’idée est de créer un portefeuille actions que l’on souhaiterait voir se comporter comme un compte courant en CHF ou un portefeuille obligataire suisse. On évite ainsi les problématiques liées à la détention de franc suisse (taux négatifs) tout en ayant une espérance de rendement intéressante (appréciation et dividende) en échange d’un risque réduit que l’on accepte.
  • Un portefeuille d’actions suisses résilient à fort potentiel. La Suisse est riche d’entreprises ayant développé une expertise et un savoir-faire reconnus mondialement, leur valant parfois une position de leader sur leur domaine. Selon vos critères de risque, certaines de ces sociétés ont toute leur place dans un portefeuille international avec une allocation pour le marché suisse.
“Portefeuille Actions Suisses” à télécharger

Vous pouvez télécharger notre fichier “Portefeuille Actions Suisses” au prix de 49,90 EUR. Vous aurez ainsi accès à toutes les informations ayant servi à la réalisation de ces 2 articles. Et surtout, à notre sélection des meilleures actions Suisses ainsi qu’au générateur de portefeuilles sur-mesure.

Fichier: "Portefeuille Actions Suisses"

Portefeuille Actions Suisses

Ce fichier est un générateur de portefeuille actions sur le marché Suisse. Il vous permet de générer un portefeuille sur-mesure selon votre profil de risque et le montant que vous souhaitez investir. Vous trouverez également un portefeuille proxy CHF tel qu'il est décrit dans l'article de référence.

L'analyse porte sur la centaine d'actions les plus liquides du marché Suisse. A partir de cette liste initiale nous avons sélectionnés les 20 meilleures actions selon nos critères (selon une approche qualitative, quantitative et fondamentale).

€49.90

Méthodologie de construction du portefeuille et règles d’or

Classification des actions suisses par capitalisation boursière et filtre de liquidité

Nous avons tout d’abord défini un univers d’actions représentant le marché suisse listé. Cet univers se compose des 100 plus grosses capitalisations de la bourse de Zurich (SWX Swiss Exchange). Cela représente la combinaison des 3 sous-ensembles suivants :

  • L’indice SMI des 20 plus grosses capitalisations suisses “Large-cap”
  • L’indice SMIM des 30 capitalisations suivantes qualifiées de “Mid-cap” ou moyennes capitalisations
  • 50 sociétés “small cap” ou petites capitalisations.

La bourse suisse SWX de Zurich indique sur son site qu’environ 250 sociétés sont côtées. Pour des raisons de liquidité nous avons fait le choix de ne sélectionner que les 100 plus grosses capitalisations pour s’assurer d’un minimum de volume quotidien échangé (plus de 100k CHF par jour). 

La capitalisation totale du marché suisse est au moment où j’écris cet article légèrement inférieure à 2000 Milliards de CHF. La répartition en termes de capitalisation de notre univers s’établit de la façon suivante.

Bourse Suisse répartition par capitalisation boursière

Plus de trois quart de la capitalisation boursière suisse est concentrée dans les 20 plus grosses sociétés. On peut noter que 57% de la capitalisation boursière des grosses capitalisations est concentrée dans les 3 sociétés que sont Nestlé, Roche et Novartis.

Capitalisation boursière et exposition au risque

Selon que votre portefeuille actions soit plus exposé aux grosses capitalisations qu’aux petites ou inversement, reflète un profil de risque différent. En effet, un portefeuille constitué de petites capitalisations sera généralement plus volatile et plus risqué qu’un portefeuille investi en grosses capitalisations. L’espérance de rendement ne sera pas la même. Le rendement reste une fonction proportionnelle au risque que l’on prend. Selon votre profil de risque la proportion de chaque catégorie de capitalisation (small, mid et large cap) sera donc différente. 

Cette modélisation a été intégrée au générateur de portefeuille disponible dans le fichier à télécharger. Voici ci-dessous le paramétrage par défaut de notre modèle. Vous pouvez tout à fait modifier les pondérations des colonnes High Risk et Low Risk si vous le souhaitez, mais les valeurs renseignées nous semblent les plus pertinentes.

Pondération des portefeuilles actions Suisses selon la capitalisation boursière

Pondération des portefeuilles actions Suisses selon la capitalisation boursière

La colonne target risque correspond à la répartition de votre portefeuille cible selon le niveau de risque en paramètre que vous souhaitez (allant de 0% à 100%, 0% étant le portefeuille le moins risqué suggéré). Les valeurs de cette colonne sont calculées par une interpolation linéaire simple à partir de valeurs High et Low Risk.

Composition sectorielle du marché suisse

Si le marché suisse est un marché très concentré en termes de capitalisation boursière, il en est de même pour ce qui est de l’exposition sectorielle. Etant donné que les 3 plus grosses sociétés (Roche, Nestlé et Novartis) appartiennent au secteur des biens de consommation discrétionnaires (Consumer non cyclical), c’est tout logiquement que l’on obtient une prépondérance de ce secteur.

Répartition sectorielle de la bourse Suisse par capitalisation boursière en % de la capitalisation boursière)

Afin d’éviter ce biais induit par ces 3 sociétés, nous pouvons regarder la répartition sectorielle selon le nombre de sociétés dans le secteur et non plus la capitalisation boursière. On obtient le graphique suivant.

Répartition sectorielle de la bourse Suisse en nombre d'actions

Dans la construction d’un portefeuille boursier, il faut toujours rester vigilant à l’exposition sectorielle. Il s’agit d’éviter des biais ou concentration des risques sur certains secteurs ou industries. Chaque secteur ou industrie présente des risques intrinsèques. Il est donc important de diversifier son portefeuille sur différents secteurs selon le profil de rendement / risque auquel on souhaite s’exposer. Par exemple, ne s’exposer qu’aux trois principales sociétés suisses que sont Nestlé, Roche et Novartis induit un biais sectoriel important puisque ces 3 sociétés font parties du secteur des biens de consommation discrétionnaires.

Cette exposition sectorielle de votre portefeuille doit être considérée au niveau du pays (ie. portefeuille actions suisses) mais aussi au niveau de votre portefeuille global. Notre modèle de portefeuille permet ainsi de proposer à chaque utilisateur une pondération pertinente et diversifiée selon ses critères de risques.

La question du secteur bancaire en Suisse

Tout comme le secteur bancaire européen, le secteur bancaire suisse souffre des taux bas et de la concurrence féroce de nouvelles fintech émergentes. Le business modèle historique des banques est attaqué de tous les côtés et notre conviction reste la même : si les banques et les acteurs du secteur bancaire historique ne s’adaptent pas pour créer de la vraie valeur pour leurs clients, alors elles disparaîtront. Elles ne doivent aujourd’hui leur survie qu’à la perfusion permanente des banques centrales. 

Tout comme nous restons à l’écart du secteur financier européen, nous resterons à l’écart du secteur financier suisse. 

Répartition géographique du chiffre d’affaires

Le premier partenaire commercial de la Suisse est l’Europe. Or en tant qu’investisseur français ou européen, l’intérêt de se constituer un portefeuille d’actions suisses est entre autres de diversifier son patrimoine par rapport à la monnaie européenne, l’euro. Pour chaque société de l’univers sélectionné, nous avons donc étudié la répartition du chiffre d’affaires avec la décomposition suivante dans la mesure où les données étaient disponibles :

  • Suisse
  • Europe hors Suisse
  • Asie
  • Amérique du Nord
  • Reste du monde

Étant donné qu’il est parfois difficile d’obtenir une répartition géographique du chiffre d’affaires homogène entre chaque société, des commentaires additionnels ont été ajoutés dans le fichier pour certaines sociétés.

Dans nos critères de sélection, nous avons pondéré positivement les sociétés dont le chiffre d’affaires se fait dans les zones à forte croissance et en Suisse. C’est-à-dire en Asie ou en Amérique du nord.

Pour la construction du portefeuille “proxy” CHF, nous avons tout logiquement privilégié les sociétés réalisant une part substantielle de leur chiffre d’affaires en Suisse (Swisscom par exemple).

Structure actionnariale

La gouvernance des entreprises est un point auquel nous accordons une importance particulière. La présence d’actionnaires stables et de qualité est un critère important notamment pour la sélection du portefeuille proxy CHF. A noter que nous voyons positivement la présence de l’Etat Suisse ou des cantons au capital de certaines entreprises ce qui ne serait absolument pas le cas si c’était l’Etat français. Savoir gérer n’est clairement pas une qualité de nos élus en France.

La présence au capital de façon significative du management ou d’un actionnariat familial est également un point positif. Cela permet de renforcer l’alignement des intérêts entre l’investisseur actionnaire et l’équipe dirigeante.

Croissance du dividende

Notre objectif dans la construction de ces portefeuilles est d’identifier les sociétés en bonne santé financière avec un potentiel de croissance intéressant. Après cette période compliquée créée par la crise sanitaire due au covid, certaines sociétés ont maintenu voire augmenté leur politique de dividende. L’important à nos yeux, n’est pas le rendement du dividende d’une action mais sa dérivée première. C’est-à-dire son taux de croissance année après année. Nous avons donc extrait les taux de croissance des dividendes pour chaque société sur 1 an, 3 ans et 5 ans.

Ces informations permettent indirectement de renseigner sur la bonne santé d’une entreprise. 

Position de leader sur des segments de marché

Le marché Suisse présente de nombreuses entreprises à forte valeur ajoutée. Certaines sociétés peuvent se prévaloir de position de leader sur des segments de marché. On peut citer par exemple Sonova Holding qui est leader mondial pour les solutions innovantes en matière d’audition.

Le choix d’investir dans ces sociétés est renforcé lorsqu’elles disposent d’un pricing power important sur des marchés à fort potentiel de développement (l’Asie par exemple).

Critères additionnels

A l’analyse quantitative, se succèdent les analyses qualitatives et fondamentales. En compléments des différents critères précédemment énoncés, nous avons également pris en compte le bêta, le price earning ratio, l’évolution du prix de l’action, le paiement de dividendes sous forme de return of capital ainsi que la position concurrentielle des sociétés par rapport à leur marché.

Notre sélection des meilleures actions Suisses

L’application des différents filtres et critères de sélection nous a ainsi permis d’éliminer un grand nombre de sociétés. Une analyse fondamentale plus approfondie fut parfois nécessaire pour arbitrer entre plusieurs sociétés d’un même secteur et éviter ainsi les redondances dans la liste finale.

D’un univers d’une centaine de sociétés, nous sommes arrivés à une liste restreinte des 20 meilleures actions suisses selon nos critères. La répartition selon la capitalisation est la suivante :

Répartition de notre sélections des meilleures actions Suisses

Nombre de sociétés sélectionnées pour la construction des portefeuilles d’actions suisses optimisés MyAlternativeInvestor

Voici la répartition sectorielle de cette sélection.

Répartition sectorielle de notre sélection des meilleures actions Suisses

On retrouve grossièrement la répartition sectorielle de l’ensemble du marché suisse de l’univers initial.

Les actions sélectionnées pour composer le portefeuille “proxy” CHF sont au nombre de 7. Deux sociétés sont communes avec la liste des 20 meilleures actions suisses mentionnée précédemment.

Sélection des meilleures actions pour le portefeuille proxy CHF MyAlternativeInvestor

Sélection des meilleures actions pour le portefeuille proxy CHF MyAlternativeInvestor

La méthodologie décrite dans cet article peut être schématisée de la façon suivante :Investir dans les meilleures actions Suisses

Génération des portefeuilles optimisés pour les actions suisses

Combien d’actions dans mon portefeuille suisse?

Comme nous l’avons expliqué dans le premier article sur la Suisse, les coûts de transaction sont élevés pour la Suisse. Il n’est donc pas optimal d’avoir un portefeuille avec un nombre trop important de lignes. Cela dépend également du montant que vous souhaitez allouer aux actions suisses dans votre portefeuille global.

Dans notre modèle, le nombre d’actions est optimisé en fonction du montant investi et des frais de transaction (et donc de la banque en ligne choisie). Les paramètres pour générer votre portefeuille se présentent de la façon suivante :

Paramètres pour la construction du portefeuille d'actions Suisse sur-mesure

Seules les cellules en bleu sont à renseigner avec la cellule en jaune. Si votre banque en ligne n’apparaît pas dans le menu déroulant, vous pouvez sélectionner celle qui présente les frais de transaction les plus proches. Vous pouvez choisir le scénario d’optimisation des frais d’exécution (0,5% ou 1%). Cela permet de calibrer le nombre d’actions optimal de votre portefeuille pour limiter les frais de transaction. Au-delà de 1% de frais de transaction, je ne considère pas cela optimal d’où une préférence pour des ordres d’un montant plus important.

Un profil de risque attribué à chaque action suisse de notre sélection

Nous arrivons à la dernière étape pour la construction des portefeuilles actions suisses optimisés. Nous avons identifié les meilleures actions suisses présentant le meilleur couple rendement / risque selon nos critères. Il ne nous reste plus qu’à savoir dans quelles actions suisses investir pour un profil de risque donné. Également quelle pondération pour chaque action dans le portefeuille final.

Pour réaliser cette dernière étape nous avons affecté à chaque société une pondération liée au risque intrinsèque de l’action (volatilité, béta, per…) pour 2 profils standards. Un profil risqué et un profil non risqué. Dit autrement, une action de notre sélection que nous considérons très peu risquée se verra affecter une pondération importante pour le profil sans risque et une pondération faible voire nulle pour le profil risqué.

Un investissement en actions suisses sur-mesure et adapté à votre profil de risque

Quand vous investissez dans les actions, il n’existe pas de portefeuille parfait universel. Cependant pour chaque investisseur, il existe un portefeuille adapté à son profil de risque. C’est dans cette philosophie que nous avons développé ce modèle combinant les optimisations d’exécution et de fiscalité des dividendes. Mais aussi, une procédure de sélection à la fois quantitative et qualitative en combinant l’analyse fondamentale. Ce modèle sera intégré à notre futur robot advisor.

Vous pourrez ainsi choisir le niveau de risque du portefeuille suisse que vous souhaitez. Ce paramètre proche de 0% vous générera un portefeuille principalement composé de grosses capitalisations dans des secteurs peu risqués sur des actions au profil de risque faible et inversement.

Remarque

Le différentiel de risque entre 0% et 100% est à nuancer. Le portefeuille correspondant à un paramètre de risque de 100% n’est pas “très risqué” mais “plus risqué”. Il ne faut pas oublier que nous parlons de portefeuilles constitués de très belles valeurs du marché suisse et non d’un portefeuille de start-up en biotechnologie.

Les portefeuilles ainsi générés sont tous avec une perspective d’investissement à long terme. 

Portefeuille “proxy” CHF à faible volatilité

Avoir un compte en Suisse, c’est surtout vouloir mettre son argent en dehors du système monétaire européen et bénéficier ainsi de la protection juridique suisse à cet égard. Il est tout à fait légal d’ouvrir un compte en Suisse en tant que non résident à condition de le déclarer aux administrations fiscales de son pays de résidence. 

Cependant les procédures ne sont pas toujours simples et les montants minimums demandés sont parfois élevés. Mais la vraie problématique est qu’il vous en coûtera de l’argent du fait de frais bancaires et de taux négatifs sur le franc suisse. 

Il est important de savoir que l’argent que vous avez sur vos comptes courants et de dépôts sont inscrits au passif comptable des banques. Lorsque vous achetez une action, il s’agit d’un titre de propriété et non d’un titre de créance. C’est donc pour répondre à ces problématiques que nous avons réfléchi à faire un portefeuille proxy CHF. Ce portefeuille rassemble des sociétés suisses dont le chiffre d’affaire est très majoritairement réalisé en Suisse dans des secteurs variés tels que 

  • L’énergie
  • Services aux collectivités
  • Communications
  • Foncières cotées
  • Transports

Le profil de risque / rendement de ce portefeuille est donc très différent de l’autre portefeuille. Synthétiquement c’est un peu comme si vous aviez un compte en Suisse… dans votre pays de résidence au travers de la détention des titres de propriété de ces actions. La condition étant d’accepter un risque un peu plus élevé.

Quelle allocation pour les actions suisses sur votre portefeuille global?

Sans doute la question la plus complexe car multifactorielle. Cela dépend évidemment de votre patrimoine financier et surtout si vous êtes résident en Suisse ou étranger. Nous allons répondre de façon distincte pour chacun des 2 portefeuilles.

Portefeuille sur-mesure optimisé des meilleures actions Suisses :

Investisseur non résident Suisse

Étant donné les frais de transaction et les problématiques liées à la fiscalité des dividendes, ce n’est clairement pas un marché à considérer lorsque l’on commence à investir. Le PEA est beaucoup plus pertinent pour commencer pour un résident français par exemple.

Par contre à partir d’un patrimoine financier de 250k EUR / 500k EUR, une allocation de votre portefeuille dans les actions suisses prend tout son sens avec un minimum de 50k EUR.

A noter que l’ensemble des suggestions d’allocation et les portefeuilles sur-mesure seront intégrés à notre robot advisor. N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter ou à nous écrire pour en savoir plus sur les développements à venir.

Investisseur résident Suisse

En tant que résident fiscal Suisse vous n’êtes pas concerné par la retenue à la source de 35% sur les dividendes. Il sera donc pertinent d’investir en priorité sur votre marché domestique Suisse.

Portefeuille à faible risque proxy CHF

Nous avons imaginé le portefeuille proxy CHF comme alternative à votre allocation obligataire. Egalement en substitution d’une partie des comptes dépôt à terme. C’est une stratégie d’allocation que nous développons chez MyAlternativeInvestor pour toutes les devises dont les taux souverains sont négatifs (EUR, USD, CHF…). Nous y réfléchissons aussi pour les marchés obligataires difficiles d’accès (devises non délivrables, Yuan chinois…). 

Dans les théories “modernes” d’allocation d’actifs, les portefeuilles diversifiés se construisent avec une allocation variable entre les actions et les obligations pour diversifier les risques.
Avec les taux négatifs, l’allocation obligataire a de moins en moins de sens financier. Nous avons donc eu l’idée d’introduire une nouvelle classe d’actifs hybrides : les portefeuilles actions proxy devises. Ces stratégies alternatives seront implémentées dans notre futur robot advisor.

Voici synthétiquement un schéma pour expliquer notre stratégie de gestion de portefeuille. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point dans d’autres articles.

Gestion de portefeuille - Robot Advisor - MyAlternativeInvestor

Gestion de portefeuille – Robot Advisor – MyAlternativeInvestor

Conclusion

Nous espérons que ces deux articles sur l’investissement en Suisse vous ont permis de mieux comprendre ce marché. La construction d’un portefeuille d’investissement de long terme sur les actions suisses demande de la méthode et de la rigueur. Définir et identifier les meilleures actions suisses ne suffit pas, encore faut-il savoir lesquelles correspondent aux critères de risque. Il faut également sélectionner celles qui correspondent le mieux à votre profil de risque.

Les actions suisses, de par la qualité des sociétés, méritent une allocation particulière dans votre patrimoine.

Le portefeuille proxy CHF est à mes yeux une alternative crédible pour les dépôts à long terme ou portefeuille obligataire (type fonds euro). D’autant plus que la gabegie monétaire des banques centrales européenne et américaines n’est pas prête de s’arrêter prochainement.

Le franc suisse n’est pas la seule devise refuge dans le monde. Aujourd’hui le Yuan chinois revendique de plus en plus ce qualificatif. La banque centrale chinoise est effectivement beaucoup moins expansionniste que la Fed ou la BCE. Cela renforce de facto la crédibilité de leur monnaie. Cependant, l’accès au Yuan ou aux obligations chinoises est complexe. Prochainement, nous proposerons, un portefeuille proxy Yuan (CNY) en actions comme alternative pour s’exposer à la monnaie chinoise. En attendant, vous pouvez lire notre article sur le Yuan numérique.

N’hésitez pas à nous faire part de vos questions ou commentaires ci-dessous.

Fichier: "Portefeuille Actions Suisses"

Portefeuille Actions Suisses

Ce fichier est un générateur de portefeuille actions sur le marché Suisse. Il vous permet de générer un portefeuille sur-mesure selon votre profil de risque et le montant que vous souhaitez investir. Vous trouverez également un portefeuille proxy CHF tel qu'il est décrit dans l'article de référence.

L'analyse porte sur la centaine d'actions les plus liquides du marché Suisse. A partir de cette liste initiale nous avons sélectionnés les 20 meilleures actions selon nos critères (selon une approche qualitative, quantitative et fondamentale).

€49.90
Franck Béon

You may also like

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *