De nombreux français au-delà d’un certain revenu sont traumatisés par les impôts. L’État le sait bien et propose des produits défiscalisants tel que le PER (Plan Epargne Retraite) pour permettre de réduire la facture. Nous avons donc la même entité à la fois responsable de la pression fiscale mais aussi à l’origine des lois encadrant les produits défiscalisants nous permettant de réduire la facture. Ce conflit d’intérêt évident de la part de l’État dans les produits d’investissement comme le PER doit systématiquement vous amener à la plus grande méfiance. Vous devez faire votre propre analyse et ne surtout pas vous laisser influencer par des intermédiaires vous vendant ces produits. Ils ont bien évidemment un intérêt biaisé car leur rémunération dépend directement de la vente de ces produits. Et parfois ils ne connaissent pas toutes les implications que cela peut avoir. 

Définition de notre approche et de notre analyse de l’investissement dans le PER

Nous allons dans cet article utiliser une approche mathématique selon différents paramètres. Les mathématiques ont cet avantage de valoir beaucoup plus que de beaux discours. Aussi, ils sont de bons conseils afin de prendre une décision qui engage votre argent, votre patrimoine et votre retraite. Je vais vous expliquer comment faire la modélisation financière du Plan Epargne Retraite individuel (PER IN). Vous saurez ainsi de façon rationnelle et mathématique si dans votre cas vous devez ou non souscrire à cet investissement.

Vous pouvez soit vous inspirer de cet article pour réaliser votre propre simulation soit télécharger gratuitement notre fichier Google en indiquant votre email dans le formulaire ci-dessous ou dans la section téléchargement du site.

    Dans le fichier Google, vous pouvez modifier l’ensemble des paramètres ci-dessous pour illustrer au mieux votre situation personnelle. Vous pourrez également ajuster votre rythme d’investissement passé ou futur ainsi que le nombre de parts de votre foyer directement dans le tableau.  

    Afin de modéliser au plus juste, nous retiendrons les paramètres suivants:

    Paramètres pour la modélisation du PER

    Paramètres pour la modélisation du PER

    L’avantage fiscal du Plan Epargne Retraite (PER)

    Le PER peut être investi selon différents schémas. Nous étudions dans cet article celui qui est a priori le plus intéressant. Il s’agit de celui vous permettant de réduire votre fiscalité. C’est-à-dire le cas des versements volontaires déductibles.

    Expliqué simplement, les sommes investies dans votre PER sont ainsi déduites de vos revenus. Cela vous permet ainsi d’économiser un impôt correspondant à votre TMI (Taux Marginal d’Imposition) multiplié par le montant investi.
    Par exemple si votre TMI est de 30% et que vous investissez 10000 EUR dans votre PER vous “économiserez” 3000 EUR sur vos impôts. 

    Attention ! Il ne s’agit en réalité pas d’une économie d’impôts mais plutôt d’une avance d’argent (ou différé d’impôt).

    En effet, au moment de la retraite la partie du montant investi dans votre PER sera réintégré à vos revenus et vous payerez donc à ce moment l’imposition sur ces sommes. 

    Cette économie d’impôt est en réalité une dette différée. 

    Un argument qui est souvent avancé est que votre TMI sera plus faible lors de la retraite et donc que vous bénéficierez d’un différentiel d’impôt intéressant. Lorsque l’on modélise mathématiquement tout cela, il semblerait que les choses ne soient pas aussi évidentes.

    L’avantage fiscal doit être investi

    Comme énoncé au paragraphe précédent l’économie d’impôt que l’on vous vante tant n’est en fait qu’un impôt différé que vous devrez payer au moment de la retraite.

    Dépenser ce crédit d’impôt c’est en quelque sorte vous endetter.


    C’est pour cette raison que, si vous souhaitez que ce placement dans le PER puisse avoir un quelconque rationnel financier, il vous faudra impérativement avoir la discipline de réinvestir cet argent sur un autre support financier.
    Si vous doutez de ce qui vient d’être énoncé, modélisez cet investissement et la réalité mathématique des flux financiers achèvera de vous convaincre. 

    Pour la première simulation nous choisirons le Compte Titre Ordinaire (CTO) comme véhicule d’investissement dans lequel sera réinvesti l’économie d’impôt. C’est ce qui nous semble le plus pertinent car c’est ce qui permet d’investir le plus simplement sans subir de frais et présentant une fiscalité comparable au régime des plus-values du PER (PFU – Plafond Forfaitaire Unique de 30%). A noter qu’un compte titre ordinaire ouvert dans une banque en ligne par exemple, ne vous coûtera presque rien hormis les frais de transaction.

    Pour notre simulation, pour que tout soit comparable nous supposerons que les supports d’investissements dans le PER et le CTO seront les mêmes et offriront donc les mêmes rendements.

    Modélisation financière du Plan Epargne Retraite (PER) et comparatif

    Maintenant que les bases ont été énoncées, nous allons pouvoir réaliser notre modélisation financière. Nous allons donc comparer les scénarios suivants pour un même montant investi. Un point assez subtil qui a retenu mon attention est le suivant : Comment être certain d’identifier la portion d’économie d’impôt et être certain de l’investir?

    Regardez avec attention les 2 solutions d’investissement proposées ci-dessous et essayez d’appréhender la subtilité de la différence. Les résultats de la modélisation financière sont comme vous pourrez le voir dans le fichier presque identiques. Mais la capacité d’identification et d’allocation de la portion liée à l’économie d’impôt est à mon sens la partie la moins évidente. C’est pour cela que intellectuellement et intuitivement je préfère la première solution.

    Solution 1:

    1. Option un : Investissement dans un PER et de la portion économie d’impôt dans un CTO
    2. Option deux : Investissement dans un CTO et paiement de l’impôt dû

    Solution 2:

    1. Option un : Investissement dans un PER en y incluant la portion économie d’impôt
    2. Option deux : Investissement dans un CTO et paiement de l’impôt dû

    Voici un exemple illustré pour bien visualiser la comparaison qui doit être faite.

    Investissement dans un PER

    Investissement dans un PER

    Si l’investissement dans un PER s’avère réellement intéressant, celui-ci devrait sur-performer un investissement “classique” dans un compte titre ordinaire. Pour le savoir il faut détailler tous les paiements ainsi que la fiscalité jusqu’à la retraite. Notre simulateur calcule tous ces différents montants et vous donne la synthèse. Cette synthèse correspond au montant net d’impôt une fois tous les placements clôturés. Le détail du calcul est décomposé méthodiquement dans plus d’une trentaine de colonnes si vous souhaitez comprendre les différentes étapes.

    Exemple de résultat de la simulation du PER

    Exemple de résultat de la simulation du PER

    Les différents supports d’investissements pour l’investissement dans un PER

    Selon les assureurs ou intermédiaires vous proposant d’ouvrir et d’investir dans un PER, vous aurez le choix entre plusieurs supports:

    • Fonds euro
    • Actions (Titres vifs)
    • OPCVM
    • SCPI – SCI
    • OPCI
    • Certificats et ETF
    • Private Equity

    Toutes ces options ne sont pas accessibles chez tous les institutionnels. Notamment l’accès aux actions et ETF que nous considérons être les plus intéressants car ceux proposant les frais les plus faibles. Ceux qui nous suivent sur notre site savent que nous n’investissons jamais dans les fonds euros, OPCVM, OPCI ou SCPI – SCI.

    Un des distributeur offrant la gamme la plus complète est Linxea que nous vous communiquons de façon purement indicative.

    Privilégier l’investissement dans des titres vifs ou les ETF pour votre PER

    Nous privilégions toujours l’investissement en direct sur lequel nous avons un réel contrôle des coûts. Si je devais ouvrir un PER (ce qui n’arrivera pas) je choisirais soit les actions soit les ETF.  Limiter les coûts surtout dans la perspective d’un investissement long terme comme le serait un PER est indispensable. Si vous n’êtes pas vigilants, vous risquez de voir la performance de vos placements disparaître en frais divers et variés.

    Fiscalité sur les titres étrangers dans le Plan Epargne Retraite (PER)

    Comme dans le cadre de l’assurance vie, nous vous rappelons que pour le PER l’assureur est propriétaire des titres qui viennent en représentation des engagements en unités de compte sur les contrats d’assurance. A ce titre, l’assureur renonce à l’application des conventions fiscales et ne bénéficie donc pas des restitutions de crédit d’impôt sur les actions, qui par conséquent ne peuvent pas bénéficier aux souscripteurs. Il convient donc d’analyser la performance de ces titres en tenant compte des éventuels prélèvements à la source. 

    Il s’agit là d’une différence importante avec le CTO dans lequel il vous est possible de réclamer le crédit d’impôt au titre des conventions fiscales internationales de non double imposition. 

    Stratégiquement pour le PER, il serait donc opportun de choisir d’investir dans des sociétés françaises sur lesquelles vous percevrez 100% des dividendes. Vous pourriez aussi choisir des actions ou ETF à faible rendement en dividende ou encore des actions dans des pays n’ayant pas de retenue à la source. Cela vous permettra de réduire cet impact fiscal sur les dividendes étrangers.

    Être vigilant sur les clauses de sortie de votre Plan Epargne Retraite (PER)

    Une attention particulière doit être portée sur les clauses de sortie (hors événement exceptionnel). Généralement 4 options vous sont proposées. 

    • Rente à la sortie
    • Sortie en capital en une fois
    • Sortie en capital fractionné (sur plusieurs années)
    • Mix entre sortie en rente et en capital

    Nous ne parlerons pas des sorties en rentes tellement ces dernières sont pénalisantes pour l’investisseur car peu rentables par rapport à la sortie en capital. Concentrons-nous donc sur la sortie en capital. Le fichier Google Sheet vous permet de simuler différents scénarios de sortie (en une fois ou de façon fractionnée sur un nombre d’années que vous pouvez choisir).

    Le nombre de parts de votre foyer à la sortie sera généralement 2 voire 1 en cas de décès ou de séparation. La partie versement de votre sortie en capital s’ajoute à vos revenus de la retraite. Selon les montants débloqués cela ne manquera pas de vous faire changer de tranche marginale d’imposition.

    Résultat de la simulation d’un investissement dans le PER

    En faisant varier les nombreux paramètres du modèle, vous pourrez très facilement simuler votre propre scénario. Les constats principaux peuvent être résumés en quelques points.

    Sans surprise si votre TMI (Taux Marginal d’Imposition) est inférieur à 30% il n’y a aucun intérêt à investir dans un PER. 

    Pour les TMI plus élevés, il s’avère que le facteur principal qui peut favoriser un PER face à un CTO est la rentabilité même du portefeuille. Ce constat n’est pas surprenant et même complètement logique. Puisque le fonctionnement de l’investissement dans le PER (dans le cadre de l’investissement déductible) est de permettre un décalage fiscal dans le temps. Vous réduisez vos impôts aujourd’hui pour les payer au moment de la retraite. Il faut que l’économie fiscale soit investie le plus rentablement possible pour compenser les frais et sur-performer sur le long terme éventuellement le CTO.

    L’éventuel différentiel de fiscalité entre l’entrée et la sortie dont beaucoup d’articles parlent n’est clairement pas le point important à considérer. 

    Rendement d’équilibre du PER

    Nous avons précédemment expliqué que l’intérêt du PER résidait dans ce subtil décalage d’impôt dans le temps. On pourrait même considérer que ce décalage d’impôt apparaît comme un prêt que l’Etat consentit à l’investisseur entre l’année d’investissement jusqu’au déblocage des fonds à la retraite. La question à se poser est donc à quel taux d’intérêt l’Etat nous prête-t-il cet argent.

    On aurait tendance à dire que ce taux d’intérêt est nul mais il ne l’est pas. Ce taux implicite dépend de plusieurs paramètres notamment (entre autres) des frais de gestion qui vous sont facturés pour votre PER et de votre TMI à l’entrée (mais aussi à la sortie). L’ensemble de ces paramètres nous permettent de calculer le rendement d’équilibre (“breakeven”) de votre PER pour que celui-ci ait un sens financier. Ce rendement d’équilibre correspond au taux d’intérêt synthétique auquel l’Etat vous “prête” l’argent de l’économie d’impôts jusqu’au déblocage des fonds (retraite). Grossièrement ce rendement d’équilibre se calcule de la façon suivante:

    Rendement d’équilibre = Frais de gestion 1/TMIentrée (TMIentréeTMIsortie)/n

    Le facteur “n” correspond aux nombre d’années entre l’investissement et le déblocage des fonds.

    Pour que cet investissement puisse être rentable il vous faudra trouver des classes d’actifs sur lesquelles vous pourrez espérer un rendement supérieur à ce rendement d’équilibre.

    Comme vous pourrez le remarquer dans le fichier de simulation, il n’est pas évident du tout de maximiser le différentiel de TMI entre l’entrée et la sortie.

    Attention, cette formule n’est pas parfaite mais elle vous donnera un ordre de grandeur déjà intéressant au premier ordre. Le simulateur sera plus précis

    Nantissement et disponibilité du Plan Epargne Retraite (PER)

    Le PER présente selon moi certaines caractéristiques négatives rédhibitoires en comparaison avec un CTO. Nous avons déjà souligné les problématiques sur la fiscalité des dividendes de sociétés étrangères. 

    Des investissements bloqués jusqu’à la retraite

    On peut ajouter également l’indisponibilité de vos fonds (hors clauses de sortie exceptionnelles) jusqu’à la retraite (62 ans). En effet, vous ne pourrez pas accéder à votre patrimoine pendant potentiellement de très longues années si vous investissez jeune. C’est une contrainte très importante à bien garder à l’esprit.

    Pas de possibilité de nantissement pour le PER

    Le nantissement (appelé également collatéralisation) d’un actif est un procédé très intéressant d’ingénierie financière. Nous en avions parlé lors d’un précédent article dans le cadre du PEA. 

    Il vous sera tout à fait possible de nantir votre CTO (Compte Titre Ordinaire) mais cela ne sera pas possible pour un PER. Le nantissement d’un PER est impossible. Les procédés de nantissement d’actifs financiers sont des leviers puissants de développement d’un patrimoine. Ne pas pouvoir nantir un actif est donc inévitablement un inconvénient majeur.

    Remarque:

    Vous devez impérativement investir l’économie fiscale pour que votre investissement dans le PER ait un sens financier. Vous pouvez investir cette économie fiscale dans un CTO, PEA ou assurance-vie par exemple. Il vous sera possible de nantir et d’avoir accès à cette partie contrairement aux sommes bloquées dans le PER.

    Incertitude fiscale double sur le PER

    Lorsque vous investissez dans un PER aujourd’hui, vous connaissez la fiscalité qui vous est applicable à cet instant. Lorsque vous débloquerez l’argent investi dans votre PER, la fiscalité à laquelle vous serez soumis est un paramètre inconnu à ce jour. Étant donné la direction que prennent les finances de notre pays, je ne serais pas surpris que les taux d’imposition évoluent défavorablement pour l’investisseur. En investissant sur un PER vous vous exposez à 2 incertitudes fiscales :

    1. Incertitude sur le Plafond Forfaitaire Unique (PFU à 30% aujourd’hui)
    2. Incertitude sur les seuils de l’impôt progressif

    Vos investissements sur votre CTO ne sont soumis qu’à une incertitude sur le PFU. Vous bénéficiez de la liberté de pouvoir sortir quand vous le souhaitez et ne pas voir vos investissements être bloqués jusqu’à la retraite comme dans le cas du PER.

    Risque de contrepartie et risque pays

    Accessoirement, lorsque vous investissez dans un PER vous vous exposez au risque de contrepartie de la société qui le gère. Vous êtes également exposés au risque de défaut du dépositaire de vos actifs. Lorsque vous investissez dans un CTO vous avez la possibilité d’enregistrer les titres au nominatif.  Cette possibilité réduit considérablement ce risque de contrepartie. 

    Si vous souhaitez organiser votre vie avec un aspect international et quitter la France pour des raisons fiscales (ou pas), il sera relativement simple de déplacer vos avoirs financiers contenus dans votre CTO. Il sera en revanche impossible de déplacer votre PER à l’étranger. Vous êtes ainsi liés au risque pays (la France en l’occurrence) au moins jusqu’à vos 62 ans pour vos avoirs investis dans le PER.

    Conclusion

    Les différents points d’attention mentionnés dans cet article doivent vous permettre de faire votre choix sereinement. Vous connaissez maintenant les avantages et inconvénients d’un investissement dans le PER.

    L’investissement du crédit d’impôt, pierre angulaire d’un investissement dans un PER…

    Le facteur essentiel est véritablement l’investissement de l’économie d’impôt. Cette économie d’impôt est en fait un décalage de l’impôt dans le temps. C’est d’ailleurs à mon sens le point le plus subtil et même vicieux de ce placement. En effet, une grande majorité des personnes investissant dans le PER le font pour payer moins d’impôt. Cette économie d’impôt n’est quasiment jamais réinvestie et donc le plus souvent dépensée. C’est bien là un des objectifs du gouvernement que de vous faire dépenser cet argent. Les conséquences peuvent être importantes comme nous l’avons vu. Cette économie d’impôt n’est qu’une dette différée qu’il vous faudra alors payer au moment de votre retraite. Méditer longuement sur ce point car cela n’a rien d’évident ni d’intuitif.

    Pour l’Etat, le PER à mon sens est un outil pour stimuler la consommation en endettant de façon très subtile les investisseurs. Tout en permettant à tous les intermédiaires de prélever des frais sur votre épargne ainsi immobilisée.

    … à mitiger avec des contraintes propres à cet investissement

    Si vous arrivez à bien comprendre la subtilité fiscale précédemment énoncée, le PER peut éventuellement avoir un petit intérêt. Le PER n’est clairement pas une option intéressante si vous avez l’intention d’investir dans des supports tels que les fonds euros. Il en est de même pour d’autres supports avec des rendements nets inférieurs à 2 ou 3% par an. Pour que cet investissement soit pertinent, il vous faudra aller sur des actifs plus risqués avec des espérances de rendement supérieurs à 5%.

    L’incertitude fiscale française peut être considérée comme un pléonasme et les perspectives économiques en France sont moroses. A ceci, se rajoutent l’impossibilité de nantir son PER et de voir son argent bloqué jusqu’à la retraite. Le résultat présente une performance qui est, selon les cas, assez proche du CTO. Toutes ces raisons font que personnellement je n’investirai pas dans le PER.

    Éventuellement le PER peut être une option pour ceux n’ayant pas la discipline de faire des investissements pour leur retraite et de ne pas y toucher. 

    Encore une fois, nous avons tous des critères différents lorsqu’il s’agit d’investir. L’âge auquel vous vous posez cette question est également important. Si vous êtes à quelques années de la retraite votre visibilité sera sans aucun doute meilleure que pour une personne dans la trentaine.

    Pour ceux que cela intéresse, nous avions précédemment publié un article sur un cas très particulier dans lequel le PER est une niche fiscale très intéressante. 

      Franck Béon

      You may also like

      3 Commentaires

      1. Bonjour,
        Effectivement économiser des sommes importantes (100k ou plus) puis payer sur ces sommes un impot l’année où on les sorts du PER n’a pas de sens fiscalement.
        Par contre je vous invite à revoir votre simulateur en intégrant la possibilité de faire une sortie en capital fractionné (1 à 10 ans), ce qui permet d’étaler l’impot non pas sur un an (avec TMI à 41 voire 45% l’année de la retraite) mais sur 10 ans et donc de gagner par rapport au CTO (de l’ordre de 20% à priori, ce qui n’est pas rien).
        Seule condition, avoir une faible retraite (<1000€/mois) donc idéal surtout pour les indépendants.

        1. Bonjour,
          Merci beaucoup pour votre commentaire.Concernant votre remarque sur le simulateur pour une sortie en capital fractionné, cette option est modifiable dans la feuille de calcul en cellule B18 (“Nombre d’année pour la sortie en capital fractionné”). Pour les indépendants effectivement les paramètres peuvent être légèrement différents et donner un peu plus de sens à l’investissement au PER.

          1. Oups, je n’avais pas vu la case en question effectivement.
            Merci pour votre réponse !

      Laissez un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *