Nous vous avons plusieurs fois parlé de l’intérêt de détenir et d’acheter du Bitcoin. Mais nous n’avions jusqu’à présent, jamais expliqué les raisons qui justifient ce choix.

Qu’est ce qui fait du Bitcoin un investissement attractif? Pourquoi le Bitcoin et pas les autres crypto-monnaies?

Dans cet article nous regarderons quelques arguments en faveur de la reine des crypto-monnaies.

Nous n’entrerons pas dans les détails pour chacun de ces arguments car ils feront l’objet d’un article spécifique.

Nous allons découper notre argumentation en 4 catégories:

  • Technologique
  • Economique
  • Patrimoniale
  • Vie privée

Technologique

Nous commencerons par un non-argument en quelque sorte. Une caractéristique souvent citée est celle de la monnaie digitale. Certes, il est fort probable qu’une bonne monnaie se doit, dans notre monde, d’être numérique. Mais force est de constater que toutes les grandes  monnaies en circulation sont déjà digitalisées. En effet, la proportion de cash est très faible. De l’ordre de 10% des encours totaux. Ce n’est donc pas un argument en soi mais plutôt un pré requis.

Comme nous l’avions évoqué dans un article précédent, Bitcoin permet de s’assurer de l’unicité d’un actif numérique sans devoir faire confiance à une tierce partie. Cette caractéristique n’est possible que grâce à d’impressionnantes innovations techniques et à l’extrême résilience du réseau. Ce dernier bénéficie d’un système de cercle vertueux qui incite astucieusement les intervenants à continuer de le renforcer toujours plus.

Ainsi, Bitcoin est à ce jour, l’unique système qui soit réellement inarrêtable. Nous vous montrerons même qu’il possède par de nombreux aspects des caractéristiques anti fragiles semblables à celles des organismes vivants!

Si l’on veut pouvoir stocker de la valeur à moyen ou long terme, l’antifragilité est fondamentale.

Pourquoi la résistance à la censure est-elle importante?

Nombreux sont ceux, même dans le secteur des crypto-monnaies, qui dénigrent cette fondation. La raison est que peu comprennent que c’est bien sur la résistance à la censure que tout repose. En effet, toutes les caractéristiques qui font d’une monnaie ou d’une réserve de valeur un bon médium se basent sur ce fondement initial.

Quelques questions simples suffisent pourtant à se convaincre de son importance :

Si une tierce partie (Etat, groupe de développeurs ou d’utilisateurs, hackeurs, …) peuvent modifier le protocole ou en prendre le contrôle:

  • Puis je garantir que le nombre d’unités soit bien limité dans le futur?
  • Comment s’assurer qu’une transaction n’est pas filtrée ou contrôlée?
  • Suis je être certain que ma transaction a bien été prise en compte et que mes tokens sont toujours en ma possession?
  • Le réseau est-il accessible même dans les pires conditions?
  • Comment s’assurer que mon bitcoin est bien authentique?

Si le réseau que vous comptez utiliser ou dans lequel vous souhaitez investir n’a pas ces caractéristiques, alors je peux vous assurer que sa valeur à long terme ne sera jamais égalable à celle d’un système résistant.

Je vous épargne les recherches, il n’y a qu’à ce jour que Bitcoin qui puisse répondre à la positive à chacune de ces questions. Toutes les alternatives sont plus ou moins défaillantes sur un ou plusieurs de ces points. Je reviendrai dans un article spécifique sur le sujet car la désinformation domine sur ces aspects qui ne souffrent pourtant que de peu de contestation.

Attention, je ne dis pas qu’il n’y a pas d’opportunités dans le secteur en dehors de Bitcoin ou bien que ce dernier n’aura jamais de compétition valable. J’exprime juste le fait que sur le long terme, seul un système résistant à la censure survivra. Les autres seront oubliés ou captés par un ou plusieurs réseaux d’influence, peu importe leur forme.

Immuabilité

On entend souvent parler de l’aspect immuable d’une blockchain. Une nouvelle fois, on prête des qualités présentes dans Bitcoin à des systèmes qui n’en n’ont que l’apparence. On parle dans ce cas de culte du cargo et l’écosystème “blockchain” en est rempli.

L’idée d’immuabilité permet de quantifier à quel moment et avec quel degré de confiance un système converge vers une vérité unique (c’est à dire que toutes les copies de la blockchain sont les mêmes et ne changeront pas dans l’avenir) et avec quelle facilité cette dernière peut être altérée. On parle aussi de finalité d’une transaction et celle-ci est assurée par différents mécanismes. Dans Bitcoin, il s’agit de la preuve de travail (proof of work). Cela consiste en la réalisation d’un calcul dont la production est très coûteuse en temps et énergie mais dont la vérifiabilité est extrêmement rapide.

Ce mécanisme permet de garantir, par une incitation vertueuse, que les opérateurs hétérogènes vont atteindre un consensus unique sur l’état de la blockchain. Ces mécanismes sont d’une grande subtilité et font intervenir la théorie des jeux associée à la cryptographie. Ils seront évoqués dans un article dédié. Ce que l’on peut retenir est que les incitations qui permettent de garantir l’intégrité et l’immuabilité de Bitcoin sont largement supérieures à n’importe quelle autre blockchain. Elles rendent aussi l’attaque du système par ce biais hors de portée de n’importe quelle entité à ce jour.

Des développeurs de qualité

Au niveau technique, Bitcoin est également  à la pointe avec des développeurs d’un niveau exceptionnel. La qualité du code, des procédures de tests et de mise en production sont de classe mondiale. Bitcoin n’a pas de service marketing au contraire de toutes les autres crypto-monnaies. Mais pourtant quasiment toutes les innovations techniques du secteur proviennent de ces pionniers. L’écosystème est bouillonnant d’inventivité et ne requiert pas de permissions pour changer radicalement nos existences.

Encore une fois, les services marketing des autres crypto -monnaies utilisent des stratagèmes classiques qui donnent aux mauvais choix technologiques les apparences d’innovations fondamentales. La pensée magique est loin d’être absente même dans un secteur principalement technique.

Une plateforme d’innovation ouverte à tous

On peut considérer que Bitcoin souffre d’un désavantage par rapport aux monnaies fiduciaires dans le sens ou il n’a pas cours légal. Cependant, l’aspect ouvert du système lui permet d’attirer les innovateurs sans restrictions. Pas besoin de demander la permission à qui que ce soit pour développer un nouveau produit ou tester une idée.

Économique

Les monnaies dures

Pour commencer ce paragraphe, j’aimerais revenir sur les fondamentaux qui font d’une monnaie une bonne réserve de valeur. Cet argument est très intuitif et pourtant souvent négligé pour des considérations de second ordre (comme l’aspect pratique par exemple). Une bonne monnaie est avant tout une monnaie difficile à produire. En effet, il apparaît évident que s’il est aisé de multiplier la quantité de monnaie, sa valeur va mécaniquement chuter du fait de l’accroissement de l’offre.

Ainsi, seules les monnaies qui conservent leur difficulté de production dans le temps peuvent espérer conserver leur valeur sur le long terme.

C’est pour cela que l’espérance de vie moyenne des monnaies fiduciaires étatiques est de quelques décennies, tout au plus. Il arrive toujours un moment où les dirigeants se mettent à faire tourner la planche à billet de façon incontrôlable. Les deux raisons principales sont le financement d’une guerre ou bien de promesses électorales intenables.

La conséquence est toujours la chute de la valeur de la monnaie et l’appauvrissement général du pays. Il existe des mécanismes pour éviter les trop fortes dévaluations mais ces systèmes finissent systématiquement par céder sous l’impulsion de politiques dispendieuses. Nous vivons dans une période d’expansion monétaire de plus en plus rapide depuis maintenant plusieurs années, voire plusieurs décennies. La production d’euros et de dollar ne cesse de s’accélérer et le prix des actifs exprimés dans ces monnaies de s’envoler. Nous l’avons vu dans notre étude sur les prix de l’immobilier en France, sur le long terme, la pierre ne fait que conserver sa valeur lorsque son prix est exprimé en or.

Une quantité de monnaie en pleine expansion

Croissance annualisée des agrégats monétaires M1 et M3 dans la zone Euro

Croissance annualisée des agrégats monétaires M1 et M3 dans la zone Euro

Cette croissance de la quantité de monnaie peut être justifiée par l’augmentation de l’activité ou de la création de richesse. Cependant, il y a bien longtemps que les pays occidentaux n’ont pas vu de tels taux. La croissance réelle est au mieux de 1% à 2% par an alors que la quantité de monnaie croît en moyenne de 5%. L’écart est équivalent à une taxe sur les détenteurs de cash.

Les masses monétaires de la zone euro et des Etats-Unis ont littéralement explosé cette année avec la crise du COVID.

Évolution de la masse monétaire M3 de l’Euro

Évolution de la masse monétaire M3 de l’Euro

Évolution de la masse monétaire M3 du Dollar

Évolution de la masse monétaire M3 du Dollar. 20% des dollars émis l’ont été en 2020 !

Les banques centrales ont acheté avec de l’argent fraichement imprimé de nombreux actifs pour soutenir les marchés et éviter des faillites en cascade. Le bilan des banques centrales a littéralement explosé (à l’exception de la Chine qui sortira grand vainqueur de cette crise) alors même que l’activité économique chutait.

Un actif déflationniste

C’est dans ce contexte que Bitcoin tire son épingle du jeu avec sa quantité d’unités maximale figée dans le code (21 millions au maximum, divisible au 100 millionième, pas besoin de détenir 1 bitcoin entier).

De plus, la difficulté de produire de nouveaux bitcoins (en moyenne 6.25 BTC sont émis toutes les 10 minutes en 2020), s’ajuste en fonction de la puissance de calcul du réseau. Ce mécanisme d’auto ajustement génial de simplicité et d’efficacité, permet de s’assurer que les bitcoins ne sont pas produits plus vite que prévu et suivent la courbe asymptotique programmée.

Quantité de bitcoin en circulation et taux de production annuel

Quantité de bitcoin en circulation et taux de production annuel (source cointelegraph.com)

Ce graphique montre la quantité de bitcoins en circulation (en bleu) augmentant de manière asymptotique pour tendre finalement vers 21 millions d’unités produites.

L’échelle de droite représente le taux de production de nouveaux bitcoins (échelle logarithmique).

Un actif en quantité limitée

Cette rareté est l’ADN de Bitcoin et une de ses principales forces.

Il existe quelque vingt millions de millionnaires dans le monde … cela fait donc à peine 1 bitcoin pour chacun d’entre eux.

Si nous nous référons aux chiffres de Crédit Suisse, la valeur des actifs détenus par ces mêmes millionnaires est d’environ 128 trillions de dollars. Un calcul de coin de table nous montre que si chaque millionnaire ne mettait dans son portefeuille que 0.5% de Bitcoin, cela nous emmènerait à une valeur du Bitcoin de 37000 dollars ! Il n’y en aura clairement pas pour tout le monde.

Rareté absolue

Cette quantité maximale d’unités monétaires apporte une propriété inconnue jusqu’alors: la rareté absolue. En effet, il est toujours possible de produire et d’extraire plus de métaux précieux. Il suffit de creuser. Depuis quelques années les recherches se multiplient pour exploiter les fonds marins mais aussi les astéroïdes qui en regorgent.

On pourra toujours chercher, il n’y aura que 21 millions de bitcoins ! Et qui plus est, il est très facile de le prouver, la blockchain étant visible de tous et publiquement vérifiable.

C’est ce qui rend Bitcoin unique parmi les milliers d’autres crypto-monnaies. De plus, chaque concurrent potentiel a mécaniquement un immense retard. Une nouvelle blockchain sera faible en termes de sécurité, de liquidité, d’usage et d’effet réseau.

Une liquidité attractive

Vous savez qu’en tant qu’anciens traders nous sommes particulièrement sensibles au niveau de liquidité qui peut représenter un coût substantiel.

Une bonne monnaie doit être un médium dans lequel les coûts de frictions sont les plus faibles et donc celle dont la liquidité est la plus vaste. Si le dollar est aujourd’hui la monnaie mondiale de référence c’est parce que c’est de loin l’actif le plus liquide. Dans le domaine des crypto-monnaies, Bitcoin tient cette place et se positionne très très loin de la compétition. Pour vous donner un ordre de grandeur, sachez qu’il s’échange environ pour 1 million de dollars de bitcoin chaque seconde! Très loin devant le deuxième, Ethereum, avec moins de 100.000 dollars.

Un effet réseau puissant

L’effet réseau est une propriété émergente qui apparaît lorsque l’utilité d’un réseau croît de façon exponentielle à mesure que des nouveaux utilisateurs arrivent. Un réseau de communication qui ne relie que 2 personnes n’a que peu de valeur contrairement à un réseau en connectant des millions. Il en est de même pour les crypto-monnaies. Sur ce sujet, Bitcoin est également très en avance de par sa plus grande maturité évidemment. Mais d’autres aspects que nous avons déjà mentionné contribuent à cet effet :

  • Plus grand nombre de développeurs sur le protocole
  • Vaste acceptation commerciale (marchands, ATM et autres)
  • Meilleure variété d’usage et d’outils (wallets, layer 2, vie privée, …)
  • Large gamme de produits financiers (futures, options, ETN, produits structurés, …)
  • Vaste liquidité

C’est ce même effet réseau qui explique pourquoi les différentes tentatives de copie qui se sont succédées (comme Bitcoin Cash ou Bitcoin SV) ont lamentablement échouées. Sans compter évidemment les choix techniques que je qualifierai poliment d’absurdes…

Vous pouvez consulter les différentes métriques sur l’année 2020 sur le site de Jameson Lopp.

Patrimoniale

Une nouvelle classe d’actif

Avec presque 12 ans d’existence, une disponibilité de plus de 99.985% et malgré des tentatives d’attaques continuelles, le réseau Bitcoin a su démontrer une incroyable résilience. Mais la reine des crypto-monnaies a également entraîné dans son sillage une multitude d’innovations et engendré un nouveau secteur économique pesant aujourd’hui plusieurs dizaines de milliards et des milliers d’emplois.

Ce nouvel écosystème est le terreau à partir duquel a émergé ce qui peut être considéré comme une classe d’actifs à part entière.

L’avantage indéniable de Bitcoin est qu’ il semble démontrer une très faible corrélation avec les autres classes d’actifs (actions, matières premières, métaux précieux, obligations).

Cette caractéristique est extrêmement précieuse dans le contexte de la gestion de portefeuille.

En effet, un gestionnaire recherche à la fois une bonne performance mais également une volatilité la plus faible possible de son portefeuille.

Un actif décorrélé aura ainsi la capacité de maintenir à niveau votre capital lors des périodes difficiles.

Bitcoin a donc toute sa place au sein de votre stratégie patrimoniale. Les sociétés et les particuliers appliquant ce principe sont de plus en plus nombreux. Les plus téméraires vont même jusqu’à remplacer le cash de leur trésorerie long terme par des bitcoins ! Le cas de microstrategies est édifiant avec des à présent un profit de plus de 500 millions de dollars !

Nous pensons qu’une exposition au Bitcoin à hauteur de 5% de votre patrimoine vous permet d’améliorer considérablement votre performance sans prendre de risques inconsidérés.

Encore une fois, envisagez toujours principalement les paris asymétriques. C’est-à- dire ceux où les gains potentiels sont largement supérieurs aux pertes.

Traverser les frontières

Une des attributs qui fait de Bitcoin un actif supérieur à l’or est sa capacité à traverser les frontières.

Vous pouvez accéder à vos bitcoins peu importe l’endroit où vous vous trouvez. La seule chose dont vous avez besoin est de votre clé privée qui peut être stockée sous d’innombrables formes (même si nous vous recommandons les hardware wallets très adaptés pour les particuliers).

Traverser une frontière avec 100.000 euros en or est presque impossible de nos jours. Il vous faudra les déclarer, peut être payer une taxe et dans certain cas, vous les faire confisquer même si vous pouvez justifier de leur origine. Vous n’avez pas à vous faire ce genre de soucis si vous décidez d’utiliser Bitcoin pour vous expatrier ou bien envoyer de l’argent à vos enfants habitant à l’étranger. Si vous ne stockez pas ces derniers chez un tiers, impossible de prouver quoi que ce soit.

Un actif facilement transmissible

Vous savez certainement que l’Etat attend, dans toute sa mansuétude,  avec grande impatience votre décès. Jour glorieux pour les finances publiques où les survivants seront gratifiés d’une taxe de 40% sur le patrimoine du regretté. Et croyez en ma propre expérience, il ne vous sera fait aucun cadeau, ce n’est pas le genre de la maison. Et il vous faudra payer dans les 6 mois. Pas de répit pour le gabeleux après le passage de la faucheuse.

Cela donne lieu à des drames au sein de certaines familles. Les héritiers se retrouvent avec des biens d’une valeur fiscale importante mais dont personne ne veut et donc invendables. Certains recourent à des emprunts ou bien cèdent le patrimoine familial au rabais, détruisant potentiellement le fruit d’une vie de labeur.

Ayant moi-même vécu cela, je peux vous garantir que préparer son départ est tout aussi important que de gérer correctement son patrimoine de son vivant.

Dans ce cadre, Bitcoin apparaît comme une excellente solution de transmission. En effet, s’il est possible au détenteur de crypto-monnaie de prouver qu’il est bien en possession de ses actifs, il est en revanche impossible pour une tierce personne de prouver que ces bitcoins vous appartiennent ou non. Si vous stockez vos bitcoins sur un hardware wallet par exemple, aucune autorité ne pourra connaître vos avoirs.

Dans ce cas, pas besoin de faire un dessin, à bon entendeur …

Nous en parlerons dans un article dédié, de la meilleure manière de gérer ce genre de situation.

Vie privée et individu souverain

Contrairement à l’image propagée dans les médias à grand tirage, le Bitcoin n’est pas anonyme, loin s’en faut. Toutes les transactions ayant cours sur le réseau sont publiquement visibles, vérifiables et transitent en clair (c’est-à- dire qu’elles ne sont pas chiffrées). Cependant, il peut être extrêmement difficile de lier une adresse Bitcoin à une personne en particulier, d’où ce semblant d’anonymat. En utilisant les bons outils, nous pouvons réussir à conserver une vie privée suffisante.

A un moment où la vie privée semble être une relique d’un passé pas si lointain, Bitcoin peut apparaître comme un refuge.

Attention, à partir de l’instant où vous utilisez une tierce partie qui requiert un KYC (authentification de votre identité) pour accéder à ses services, vous êtes tout aussi visibles qu’en passant par le système bancaire.

A ce jour, le réseau Bitcoin vous permet cependant de jouir d’un niveau de confidentialité relativement important.

Rare sont les occidentaux à se soucier de ce genre détails de nos jours mais cet attribut peut être une question de survie dans des pays au régime autoritaire.

Nous retrouvons les mêmes arguments du type “je n’ai rien à cacher” dans la bouche des pourfendeurs de l’intimité. Ceux qui souscrivent à ce genre de paroles n’ont pas dû bien assimiler leurs cours d’histoire du 20ème siècle.

Résistance à la censure bis

J’ai croisé et lu les articles de nombreux journalistes qui propagent l’idée que Bitcoin a connu ses premiers usagers grâce à son opacité ou à quelques techniques de chiffrement. Pourtant, le succès de Bitcoin est la conséquence d’un système conçu pour être résistant à la censure. C’est à dire qu’aucune entité ou individu n’a le pouvoir de stopper le réseau ou de discriminer une transaction. Ceci fait tout l’intérêt du Bitcoin et surtout dans les circonstances actuelles où les folies dispendieuses des Etats mèneront sans aucun doute à des contrôles de capitaux.

Si d’aventure, certains grands pays venaient à interdire l’usage des crypto-monnaies alors il serait assez simple de mettre au pas l’immense majorité des blockchains. Les plus simples à éradiquer sont celles qui ont besoin d’un fort soutien marketing et aux équipes dirigeantes facilement identifiables. Celles qui ont besoin de serveurs puissants pour fonctionner sont aussi les plus exposées. Bitcoin est conçu pour résister à ce genre d’attaques.

Si vous voulez vous en convaincre, regardez les dernières mésaventures des plus grosses crypto-monnaies. Ethereum, dont la chaîne est tellement lourde, qu’un seul fournisseur (Infura hébergé chez Amazon AWS) fait fonctionner la majorité des services. Ceci a généré une scission de la chaîne et un arrêt de la plupart des services lors d’un fork secret non annoncé par les développeurs. C’est-à- dire une double centralisation effective. L’autre exemple récent est celui de Ripple dont le token a perdu 80% de sa valeur en quelques jours suite à une enquête du gendarme boursier américain.

Regardez la facilité avec laquelle Google, Apple et Amazon peuvent supprimer des sociétés ou services en quelques heures comme il s’est passé ces dernières années. L’exemple du concurrent de Twitter, Parler en ce début d’année 2021 devrait finir de convaincre les plus dubitatifs que la résistance à la censure est une condition nécessaire pour la survie à moyen et long terme d’une alternative monétaire.

Bitcoin est une monnaie souveraine et ses détenteurs profitent de cette formidable et unique caractéristique.

Conclusion

Nous avons vu dans cet article que Bitcoin possédait de nombreuses caractéristiques qui en font un actif unique.

Nous avons également pu apprécier la diversité de ces arguments qui rendent attractive la reine des crypto-monnaies à différents types de personnes et pour différents types d’usages.

Les technophiles y voient une construction redoutable d’ingéniosité et d’efficacité. Les amateurs de liberté font les louanges d’un outil de défense de la souveraineté des individus. Les entrepreneurs s’enthousiasment de ces caractéristiques monétaires alors que les investisseurs vantent ses propriétés de réserve de valeur.

Il existe un dernier aspect plus subtil et pour autant plus important : la dimension historique et sociale de Bitcoin. Les conditions dans lesquelles le protocole a été créé et s’est développé ne sont pas reproductibles. La communauté et l’histoire non plus. Vous pouvez copier la technologie ou la politique monétaire mais en aucun cas, les hommes, leurs succès ou leurs conflits qui ont forgé l’identité de Bitcoin. Bitcoin est maintenu par une communauté guidée par une idée forte et qu’ils défendent à tout prix. On ne trouve pas ce type d’individus animés d’une telle passion dans les autres blockchains. Cette communauté s’est également renforcée suite aux nombreuses guerres fratricides ayant eu lieu au cours de son existence. La plus importante fut celle de la taille des blocs en 2016.

L’histoire des monnaies qui ont émergé naturellement (contrairement aux monnaies imposées comme les monnaies étatiques) montre que celles-ci passent par 4 phases. La première est celle de l’objet de collection qui se base sur la rareté. La deuxième étape est celle de la réserve de valeur et donc de l’aspect investissement. La troisième est l’avènement en tant que monnaie et le passage à l’unité de compte. Enfin, l’usage en tant que moyen d’échange.

Selon nous, Bitcoin en est encore aux débuts de la 2eme phase.

De plus, le climat économique et politique actuel est idéal pour une hausse du Bitcoin. L’idée d’un actif que l’on ne peut pas vous confisquer est de plus en plus séduisante. Spécialement à l’heure où les banques centrales et les Etats rêvent d’imposer leurs propres monnaies digitales afin de contrôler et ponctionner les épargnants.

Rappelons nous ce que disait JP Morgan : gold is money, the rest is credit.

Aujourd’hui la technologie nous apporte une nouvelle forme de réserve de valeur et nous pouvons compléter sa citation : Gold and Bitcoin are money, the rest is credit.

Paul

You may also like

2 Commentaires

  1. Merci paul.
    GENSLER va être le chairman de SEC, tu pense que sa vision de blockchain va changer quelque chose dans le marché ?

    1. Bonjour,
      Je pense que l’on peut distinguer 2 choses : la blockchain qui est un terme purement marketing sans aucun fondement (culte du cargo dans l’article) et Bitcoin qui est une réelle innovation et répond à de nombreux besoins.
      Les banques centrales et les gouvernements sont en train de pousser pour la création de monnaie 100% digitales. Ces dernieres seront sous leur total controle, peu importe le type de technologie. J écrirai bientot à ce sujet.
      Je pense que les décisions des différents régulateurs ou gouvernement n’auront un impact que sur les projets qui ne sont pas suffisamment décentralisés et donc attaquables. Tout les projets ayant fait une ICO peuvent tomber sous le coup de régulations existantes et etre mis à genou.
      C’est pour cela que les blockchains type Ethereum, Ripple ou Cardano passent leur temps à courtiser les administrations. C’est une question de survie.
      Personnellement, je ne mettrai jamais un centime (pour un investissement long terme) dans un projet dont le succès ou la disparition dépendent des décisions arbitraires d’une administration ou d’un gouvernement.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Bitcoin